Atelier d’échange et de réflexion stratégique 12-13 mai 2018 à Zagreb

CONTEXTE

Cet atelier réalisé à la demande des associations féministes croates est le cinquième organisé dans le pays depuis 2013.


ORGANISATION

L’atelier regroupait 29 femmes croates représentant 20 associations de femmes (issues de 10 villes différentes). Comme à chaque atelier organisé en Croatie, les interventions des unes et des autres étaient traduites en anglais ou en croate.

Après une brève présentation de chacune, la première partie de la rencontre était dédiée à l'analyse de la situation en Croatie qui s'avère de plus en plus dure d'année en année.

SITUATION POLITIQUE

Toutes les participantes constatent qu’en dépit de la ratification par la Croatie de la Convention d’Istanbul suite à une mobilisation importante du mouvement féministe, les opposants continuent à s’y opposer activement et tentent de mettre en œuvre un référendum pour son abrogation. Des actions sur la famille, la santé et l’avortement tentent de menacer les droits des femmes, en particulier les droits reproductifs et sexuels : l’avortement, qui est déjà très compliqué, pourrait être remis en question, les lois contre les violences de genre ou les droits des LGBT+ sont très mal appliquées, …
De nombreuses participantes sont désespérés par la montée des mouvements d’extrême-droite et l’influence croissante de l’Eglise particulièrement au travers d’associations de la société civile, des partis politiques et de l’État.


PRIORITÉS DU MOUVEMENT DES FEMMES

Plusieurs sessions en groupes de travail avec présentation en séance plénière, ont permis de définir les priorités du mouvement des femmes et les actions à mettre en œuvre. Les priorités retenues étaient :
- Les actions sur l’avortement, la famille et la santé
- La destruction de la Constitution et des paradigmes sociaux
- Réagir à la marche Prolife du 19 mai
- Les impacts financiers de la Convention d’Istanbul
- Attirer des jeunes gens
- Travailler avec les communautés locales

CONCLUSION


En dépit d’un sentiment global de préoccupation au sujet du futur les droits des femmes et des féministes en Croatie, cette rencontre a été une opportunité de réfléchir et mettre en œuvre une stratégie collective. Les participantes ont mis au point des actions concrètes pour s’opposer à la marche anti-avortement du 19 mai et déterminer des étapes pour les autres priorités abordées.
Les participantes apprécient beaucoup ces rencontres annuelles qui accueillent des nouvelles femmes, plus jeunes, d’autant qu’elles ont peu l’opportunité, par manque de financement, de rassembler les activistes de tout le pays. Les plus nouvelles ont pris conscience du niveau réel de coordination entre les différentes associations.