Détails des besoins exprimés par pays par les participantes à l'atelier

Syrie

• Constitutionnaliser les droits. Nécessité de travailler sur la constitution.
• Encourager les jeunes à s’impliquer. Former les jeunes leaders sur les droits humains, la prise de pouvoir.
• Soutenir les réfugiés, en particulier les femmes. Il y a des écoles pour les réfugiés où les idées fondamentalistes sont enseignées. Enseigner les principes démocratiques aux réfugiés et les alphabétiser.
• De grands besoins de formation en Syrie (pas seulement pour les associations de femmes mais pour toutes les associations) : pour construire la société civile et pour créer des associations. Besoins
de formations spécifiques pour les femmes
• Programmes pour les femmes au chômage.
• Réseaux – pas de sites internet. Pas de moyens de communication entre les groupes qui ont besoin de fonds.
• Campagnes.
• Nécessité de disposer de chaînes médiatiques car la révolution ne dispose pas de chaîne de media libre.
• Nécessité de soutenir la créativité et l’art : pour les enfants et le théâtre par exemple.
• Nécessité de soutenir les prisons de femmes. Il n’y a pas de couches, pas de lait pour les enfants. Les enfants sont emmaillotés dans des chiffons des prisonnières. L’accès aux toilettes est limité.
Nécessité d’organiser une campagne médiatique sur le sujet.

Liban

• Les problèmes importants sont le mariage précoce et l’alphabétisation.
• Nécessité de ré-institutionnaliser ce qui existait auparavant. La situation des mouvements politiques est très mauvaise.
• Egalité économique pour les femmes.

Iraq/Kurdistan

• Nécessité d’organiser des formations pour les femmes en dehors du pays.
• Besoin d’alphabétisation car le pouvoir économique des femmes est insuffisant si elles sont illettrées. Dépendre des hommes signifie être vulnérable à la violence domestique.
• Formation des femmes victimes de violence.

Palestine

• Soutien des droits socio-économiques incluant le travail et les compétences.
• Nécessité d’accroître les compétences au niveau économique.
• Nécessité de travailler sur des stratégies pour progresser et mûrir.
• Nécessité d’être favorable à la possibilité de travailler avec des hommes.
• Nécessité de consolider les compétences régionales.
• Nécessité pour le mouvement de gagner en maturité. Il y a une distance entre deux générations dans le mouvement. La jeune génération est dans l’immédiateté et déconnectée du peuple. Elle se demande pourquoi rien ne change et se considère comme victime. La génération plus âgée est coincée. Les dirigeants restent en poste jusqu’à leur mort (syndrome Arafat) et ne laissent pas la place.
De nombreux besoins : alphabétisation, éducation, formation internet, emploi des femmes, implication des hommes dans les luttes des femmes (faire des projets engageant hommes et femmes), formation au leadership.
• Nécessité de rassemblement politique aux thématiques larges. Si nous disons que nous sommes féministes, nous perdrons beaucoup d’associations de femmes. Si nous ne le disons pas, nous faisons des compromis sur nos principes.

Algérie

• Nécessité de soutenir les personnes de la LGBT. Les particuliers sont en danger lorsqu’ils sortent.
• Nécessité de concentrer l’attention sur la jeunesse qui constitue 70 % de la population.
• Apporter des fonds aux associations de femmes – et spécialement aux nouvelles - dans les territoires urbains et ruraux.
• Nécessité d’une campagne concernant la violence sexuelle et le harcèlement.
• Nécessité de se concentrer sur les femmes en situation de pouvoir.
• Soutenir les activités culturelles.
• Nécessité d’élever le niveau de conscience concernant les droits civiques et politiques.

Turquie

• Le mouvement a besoin de liens avec les pays de la région
• Besoin d’un foyer ou d’un accueil pour la LGBT et les femmes : le gouvernement essaye de les arrêter.
• Le mouvement doit revenir à ses principes fondamentaux. Parler simplement des meurtres. Nécessité de parler aussi d’autres problèmes.
• Nécessité d’organiser plus de rencontres du mouvement. Les associations LGBT souhaitent fortement être incluses dans le mouvement des femmes. Certaines frontières doivent être abolies.

Tunisie

• Nécessité d’un plus grand soutien pour développer le jeune mouvement féministe (écart général).
• Nécessité dans les territoires ruraux en Tunisie de financer des campagnes sur les droits sexuels, les droits LGBT. La situation est claire : ils sont considérés comme criminels et condamnés pour 3 ans. Il n’y a pas de campagne pour la dépénalisation.
• Besoins de droits économiques : sur le papier, l’égalité existe mais en réalité, les femmes sont appauvries.
• Conforter la capacité d’organisation y compris pour transformer les conflits.
• Alphabétisation/mise en place des droits pour les femmes et formation des militants.
• Soutien à l’art, au théâtre promouvoir le travail culturel.
• Formation de pairs.
• Créer des lieux pour protéger les femmes.
Remarque : fracture intergénérationnelle.


Liste des priorités

Les priorités ont été regroupées par les participantes :

• Renforcement organisationnel. Formation (laïque) (Syrie, Iraq).
• Formation à la gestion de conflit.
• Formation/renforcement des compétences des militantes.
• Organisation d'événements culturels (théâtre, activités artistiques) en territoire rural pour transmettre des messages.
• Chaînes médiatiques.
• Favoriser le pouvoir économique et l’emploi (Palestine, Iraq).
• Emploi des militantes – s’assurer qu’elles sont salariées dans les organisations.
• Formation entre pairs.
• Campagnes médiatiques de soutien des prisonniers (Syrie).
• Soutenir les jeunes féministes et leur faire une place
• Créer du réseau avec d’autres associations du mouvement
• Foyers d’accueil pour LGBT (Turquie)
• Lieux d’accueil et de protection des femmes (Turquie)
• Rencontres de réflexion stratégique, localement et régionalement (Turquie)
• Soutenir financièrement les associations de femmes en milieu rural (Algérie)
• Campagne pour les droits sexuels et l’avortement
• Campagne contre le harcèlement et la violence contre les femmes
• Combler l’écart entre deux générations de militantes féministes (séminaires, dialogues etc…)